16 mars 2021-Temps de lecture : 6min

Le slow marketing : le marketing d’un monde d’après plus responsable

Nous aurions pu intituler cet article « 3 façons de passer au slow marketing », rédiger 400 mots et passer au suivant. Mais avouons-le, cela n’aurait été intéressant ni pour vous, ni pour nous, ni même pour Google !

 

Alors nous avons préféré prendre notre temps pour compiler des informations. Et au final, il nous aura fallu de longues heures de travail pour délivrer cet article. Et c’est exactement ça, l’esprit du slow marketing !

Slow marketing, slow food, slow life… Les déclinaisons du mouvement slow

Le slow marketing est l’une des déclinaisons d’un mouvement slow plus global. Mais attention, il ne faut pas traduire le mot littéralement pour comprendre l’essence de cette tendance. Pas question de faire les choses au ralenti, mais plutôt de faire moins de choses de manière beaucoup plus qualitatives.

Le mouvement slow c’est en fait le principe du Less Is More

Et s’il a débuté par la slow food – tendance née pour aller à l’encontre des chaînes de restauration rapide accusée de servir à toute vitesse des aliments de faibles qualités – les principes du mouvement slow se sont rapidement étendus à d’autres domaines. Slow fashion pour prendre le contrepied de la fast fashion, slow travel pour contrer le tourisme de masse… Et maintenant, slow marketing !

Le slow marketing est né en réponse à la course effrénée du domaine du marketing. Les newsletters, les posts sur Facebook ou Instagram, les campagnes Adwords ou les articles de blog s’enchaînent à toute allure. Parfois sans que personne ne se soit jamais posé des questions pourtant essentielles. De quoi avons-nous envie de parler ? Quels types de contenus pourraient intéresser nos clients ? Quel est ma valeur ajoutée par rapport à ce qui existe déjà en ligne ? C’est à ces interrogations que le slow marketing veut désormais apporter les bonnes réponses.

slow marketing qualité plutôt que quantité

Les 3 principes du slow marketing et comment les mettre en place

1.     Soyez authentique et lucide sur vous-même

Ça semble trivial, et pourtant… Trop de marques cherchent encore à faire rêver pour attirer des clients. Quitte parfois, à faire de petits arrangements avec la vérité. Et cela va à l’opposé des principes du slow marketing.

Au contraire, soyez honnête sur ce que vous proposez, vendez ou produisez. Reconnaissez vos forces, mais parlez aussi de ce qui va moins bien, de ce qui pourrait être améliorer. Comme nous le disions dans cet article, ce travail est absolument nécessaire pour convaincre les jeunes générations en quête d’authenticité et surtout, de transparence !

2.     Améliorez votre connaissance client pour cibler vos actions

Pour être vues, lues ou entendues, les actions marketing doivent répondre à un besoin de la part de votre client. L’exemple est extrême mais vous ne vendrez pas de viande en envoyant la newsletter d’une boucherie à un public de végétariens !

Mais bonne nouvelle : bien utilisés les outils marketing permettent de connaître très finement sa cible pour lui proposer un contenu qu’elle plébiscitera. Pour cela, abusez des insights. Quelles sont les contenus les plus vus sur votre blog, votre chaîne youtube, vos réseaux sociaux ? Quels sont ceux qui génèrent le plus haut taux d’engagement ?

Demandez directement à vos clients ce qu’ils attendent de votre part

Les réseaux sociaux proposent des sondages pour récolter l’avis de votre audience. Et notamment Instagram dont les stories permettent de poser des questions directes et de récolter des réponses courtes. Utilisez ces outils pour récolter des informations sur les goûts, les préférences et les besoins de vos fans.

3.     Privilégiez toujours la qualité à la quantité

Publier au moins deux articles par semaine sur votre blog. Envoyer une newsletter par semaine. Poster une fois par jour sur Facebook. Quand on se lance dans le marketing, il y a souvent un objectif de régularité. Quitte, parfois, à privilégier le contenant au contenu ! Et cela donne, par exemple, des articles marronniers, dupliqués des centaines de fois sur le web. Des posts sans valeur ajouté parce qu’il faut publier. Ou encore des newsletters vite rangées dans les spams des boîtes mails.

Notre conseil : arrêtez tout ! Et recentrez-vous sur les deux points précédents. Qui êtes-vous ? A qui vous adressez-vous ? Demandez-vous ensuite ce qui apporterait de la valeur ajoutée à votre cible. Par exemple, au lieu d’écrire un article sur les fruits et légumes de saison, vous pouvez tourner une ou deux recettes vidéo. Apprendre à cuisiner le panais intéressera certainement plus de monde que de savoir qu’il faut en manger !

Slow marketing et consommation durable : les deux facettes d’une même pièce ?

Les principes du slow marketing n’ont pas été inventé hier. Cela fait déjà plusieurs années que le terme a fait son apparition. Mais il a trouvé un nouveau souffle ces derniers mois.

Les confinements nous ont en effet obligé, collectivement, à ralentir. A nous recentrer sur l’authenticité. Les français ont consommé local, et avec la baisse de la pollution liée à l’arrêt brutal des circulations, beaucoup ont parlé de transition écologique.

Le slow marketing correspond au marketing du monde d’après : authentique, plus réfléchi, en adéquation avec une consommation plus durable

Et les professionnels du secteur ne s’y trompe pas. Dans un article, le magazine Stratégies s’est penché sur la question. Au lendemain du déconfinement, il est allé demander à huit strategy planner à quoi ressemblerait le marketing du monde post-confinement. Et les réponses de ces professionnels font immédiatement écho aux principes du slow marketing.

consommation-durable et slow marketing

Ainsi, Sébastien Genty, directeur général de DDB, pense que l’après covid-19 amènera « plus d’importance accordée à la cohérence entre les discours et les actes ». Même son de cloche du côté de Sacha Lacroix, directeur général chez Rosapark. Pour lui, « le bullshit-marketing aura de plus en plus de mal à passer » et l’enjeu pour chaque marque sera « de revenir à son essence même : se questionner sur son « higher purpose » ».  Pour Florence Hermelin, directrice de la stratégie et de l’innovation chez GroupM, il faudra engager une discussion sérieuse avec son audience, en allant plus souvent « voir les gens, parler avec eux, multiplier les terrains et les études pour mieux comprendre les comportements ».

Des déclarations en forme de vœux pieux ? Pas si sûr ! Depuis la fin du confinement, certaines campagnes de publicités ont déjà pris des angles différents. Par exemple, Burger King a appelé à aller manger chez McDonald’s. Quant à Intermarché , la chaîne a signé le spot de l’année sur fond de Covid et d’aide aux soignants. Les prochains mois nous diront si le slow marketing s’impose comme la méthode dominante ou si nous continuerons notre course folle ! Mais si ces principes vous parlent, n’attendez pas pour les appliquer 😉

Ouvrez la discussion

En laissant un commentaire vous acceptez de laisser votre nom/ pseudo pour affichage sur le site et votre adresse mail pour pouvoir vous contacter à propos de votre commentaire uniquement si besoin. Vous pouvez à tout moment demander l’anonymisation de vos commentaires.

Laisser un commentaire

Un projet ou des idées ? On peut sûrement vous aider :)
UX Writing

L’UX Writing ou l’art de travailler ses contenus pour améliorer l’expérience utilisateur

Trouver les mots et le bon ton pour améliorer l’expérience utilisateur, c’est LA mission de l’UX Writing. Au-delà d’un effet de mode, c’est la suite logique à des années de faible considération des contenus écrits, d’une utilisation limitée au bon positionnement Google. Heureusement… les temps changent ! Nous vous expliquons aujourd’hui ce nouveau métier et son rôle, l’intérêt de l’intégrer à sa stratégie et surtout quelles sont les principales règles à suivre pour une rédaction UX efficace ! Retrouvez en fin d’article nos 7 meilleures astuces pour devenir un pro de l’UX Writing. Continue reading L’UX Writing ou l’art de travailler ses contenus pour améliorer l’expérience utilisateur